Guzman Christopher

Le pianiste américain Christopher Guzman a séduit de nombreux publics, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Il est lauréat de nombreux concours internationaux dont le Concours Walter M. Naumburg, le Concours International de Musique de Séoul ou bien le Concours Isang Yun en Corée du Sud. En mars 2012, il remporte le Premier Prix ‘Blanche Selva’ du 10e Concours International de Piano d’Orléans, ainsi que les Prix de l’Académie des Beaux-arts, Sacem, Mention spéciale André Jolivet et le Prix des étudiants du Conservatoire d’Orléans (soutenu par Baudin Chateauneuf). Il a joué en tant que soliste avec de nombreux orchestres dont les orchestres symphoniques de San Antonio, de Fort Worth ou de New York. Il a été le soliste de concertos pour piano avec l’orchestre de la Juilliard School au Alice Tully Hall, au Avery Fisher Hall et à Spoleto en Italie en 2003, au cours de la première résidence d’été de l’orchestre au Festival Dei Due Mondi. Il s’est également régulièrement produit en récital aux Etats-Unis. Chambriste passionné, Christopher Guzman a joué dans des lieux tels que le Suntory Hall de Tokyo, le Gewandhaus de Leipzig, le Kennedy Center ; au « San Francisco Performances » ou aux « Vancouver Récital Series » etc… Il joue régulièrement avec certains des plus talentueux solistes au monde ainsi qu’avec les membres de grands orchestres symphoniques – son récital avec le violoniste Ilya Gingolts a d’ailleurs été diffusé à la radio nationale Saint Paul Sunday du Minnesota ainsi que sur internet.

Christopher Guzman collabore également régulièrement avec l’ensemble Chameleon Arts de Boston, ensemble récompensé en 2007 pour sa programmation audacieuse.

Christopher Guzman fait part d’un intérêt particulier pour la musique de notre temps : il a travaillé avec l’un des ensembles américains les plus en vue : le Speculum Musicae ainsi que de nombreuses fois, en tournée en France et aux Etats-Unis, avec le Nouvel Ensemble Juilliard.

Le New York Times a salué son jeu « à la fois enroulé et explosif » des oeuvres de Christopher Theofanidis et de Joseph Pereira à la New York’s Society for Ethical Culture en 2002. Il est membre de « La deuxième unité instrumentale » : un ensemble « provocateur » de musique nouvelle basé dans le Nord Est des Etats-Unis – ensemble qui a participé à de nombreuses premières mondiales de compositeurs tels que Donald Martino, Bernd Franke ou Paul Schoenfield.

Natif du Texas, Christopher Guzman a commencé l’étude du piano à neuf ans et du violoncelle deux ans plus tard. Il a étudié à l’Université du Texas à Austin, au Conservatoire de la Nouvelle Angleterre puis à la Juilliard School de New York. Il est actuellement professeur adjoint de piano à l’Université d’Etat de Pennsylvanie.

http://www.christopherguzman.net/

Récompenses

  • Prix Mention Spéciale Blanche SELVA – 05-03-2012
  • Prix du Jury des Etudiants du CRD d'Orléans soutenu par la Société Baudin Châteauneuf – 05-03-2012
  • Prix Mention Spéciale André JOLIVET – 05-03-2012
  • Prix de l'Académie des Beaux-arts – 05-03-2012
  • Prix SACEM – 05-03-2012

Discographie

03-2014 l Vienne et après… Guzman Christopher

Cet enregistrement est le résultat d’une recherche parallèle de Christopher Guzman et Andrew Zhou, lauréats du 10e Concours d’Orléans, sur l’évolution de la création musicale en Allemagne et en Autriche depuis Schoenberg. Remous, bouleversements politiques, ces orages passés ont peut-être favorisé une certaine liberté de choix pour les compositeurs, l’exemple en est Stockhausen, adepte à ses débuts de Schoenberg et délivré totalement de tout dogme au long de sa carrière. Il s’exprime ainsi : “la grande réussite de Schoenberg (…) avait été de revendiquer la liberté pour les compositeurs : liberté par rapport aux goûts dominants de la société et de ses médias ; liberté pour la musique d’évoluer sans interférences d’aucune sorte…”
C’est à travers leur choix que nous découvrons le portrait des deux jeunes musiciens, à la recherche de passerelles vers une Allemagne et une Autriche du XXIe siècle, plus que jamais sensibles aux grands courants métaphysiques et philosophiques de notre temps.
Christopher Guzman souhaite remercier L’institut des arts et humanités de l’université de Penn State pour l’avoir soutenu dans sa recherche auprès de Peter Ablinger et Jörg Widmann, dont les commentaires et les suggestions d’interprétation ont constitué une aide exceptionnellement précieuse.

En savoir